Les caractéristiques fonctionnelles de la tête

 

 

Nous avons retenu le critère de la tête dans la nouvelle version du PAX Graphique bien qu’il n’existe pas de travaux établissant une relation entre une belle tête et une belle carrière sportive. C’est d’autant plus vrai que la beauté est une notion subjective. La tête est néanmoins un paramètre important de la difficile équation du choix de croisement parce qu’elle joue un rôle dans la commercialisation mais aussi parce qu’elle se décompose en caractéristiques dont certaines ont un rôle fonctionnel important.

Les naseaux :

Ils assurent l’accès de l’air aux voies respiratoires. Ils doivent donc être conformés pour remplir ce rôle efficacement, c’est-à-dire assez larges et évasés.
La capacité d’oxygénation du sang n’est un facteur limitant que dans certaines disciplines (courses, endurance, CCE) mais une bonne capacité d’oxygénation n’est jamais un inconvénient.

La bouche :

Au-delà de cette caractéristique dont l’héritabilité n’est pas mesurée mais dont on peut raisonnablement estimer qu’elle n’est pas négligeable, il est utile de parler de la conformation de la bouche.
La place de la commissure des lèvres par rapport aux barres détermine la place du point d’appui du mors sur celles-ci.
Le mors agissant à la fois sur les barres et la commissure des lèvres, sa place est importante pour avoir une « bonne bouche ».
Il faudra donc éviter les bouches « trop petites » pour lesquelles l’action sur la commissure des lèvres est permanente pour que le mors repose sur le milieu des barres.

Les yeux :

Nombreux sont ceux qui considèrent qu’ils sont « le miroir de l’âme ». Sans se risquer sur ce terrain délicat, il est évident que la position des yeux influe sur le champ visuel. Trop rentrés dans leurs orbites, ils limitent celui-ci vers l’arrière et cela peut déterminer un tempérament plus inquiet.
Pour le reste, à chacun d’apprécier si le regard du cheval « lui parle » ou pas. Nombre de professionnels du travail et du commerce des chevaux commencent leur examen d’un examen d’un cheval par cet échange de regard !

Les mâchoires :

• Leur écartement est corrélé avec la taille de la trachée et donc l’efficacité de l’appareil respiratoire.
• Leur taille est corrélée avec le poids de la tête.
• Leur forme et leur positionnement par rapport aux deux premières vertèbres cervicales jouent un rôle dans la facilité de la flexion de la nuque.
La qualité de la bouche et la facilité de fléchir la nuque sont deux caractéristiques très importantes pour les cavaliers et elles déterminent en partie la facilité d’utilisation.

 

Les oreilles :

Elles participent à la perception qu’a un cheval de son environnement.
Les études objectives manquent pour valider ou non l’idée selon laquelle les chevaux avec des petites oreilles seraient en moyenne plus inquiets que les autres.

Le poids :

L’ensemble tête + encolure joue un rôle fonctionnel important de « moteur additionnel » qui influe sur la forme de la trajectoire et sur la reprise d’équilibre à la réception.
Plus l’encolure sera longue et plus la tête sera lourde, plus l’ensemble sera difficile à manœuvrer.
Une tête lourde au bout d’une encolure longue et horizontale rendra plus difficile le report de poids vers l’arrière main et le recul du centre de gravité à la demande du cavalier.
Une tête légère au bout d’une encolure courte et verticale rend plus facile le report de poids sur l’arrière main mais sera moins efficace pour étendre la trajectoire lors du saut d’un oxer.
Les experts considèrent que l’optimum est alors dans le juste milieu.
 


 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 


 

 

 

 

06/12/2018 - Pax graphique